Aux lointaines origines du streaming : le théâtrophone

Sans doute un peu oublié, le théâtrophone fut le premier moyen de diffusion en direct de la musique et des pièce de théâtre. En cela il est un lointain prédécesseur du streaming, bien avant la radiodiffusion. Utilisant des lignes téléphoniques organisées en réseaux, le théâtrophone peut aussi être considéré comme une préfiguration du réseau Internet.

L’invention du théâtrophone 

Clément Ader (1841-1925), connu pour son rôle pionnier dans le domaine de l’aviation. Ce fut aussi un inventeur touche à tout. On lui doit le ” véloces caoutchouc”, un vélocipède dont les bandages en fer sont remplacés par du caoutchouc (en 1868), le cadre tubulaire en tôle (bien plus léger), une machine à poser les rails (1875) utilisée pendant de nombreuses années, il s’intéresse au téléphone (ce qui le conduit à lancer le théâtrophone), construit un moteur à vapeur ultra-léger (qui lui servira pour l’aviation), et se lance dans l’aventure de l’aviation (même si son apport semble plus théorique que pratique car il n’existe pas de preuve de l’envol de ses avions).

A l’aide du téléphone, Clément Ader, qui a participé au lancement du premier réseau téléphonique parisien (réseau alors privé) en 1879-1880,  a l’idée d’une utilisation pratique: la diffusion d’opéras par ce moyen à des abonnés. La Société industrielle du téléphone (ancêtre de CIT-Alcatel) exploite divers brevets (Thomas Edison, Cyril Bréguet,…) et déploie un premier réseau entre 1881 et 1889. Le réseau est nationalisé le 16 juillet 1889.

Les premières diffusions ont lieu avec l’Opéra Garnier.

La diffusion du théâtrophone

Le théâtrophone reste un produit luxueux pour des particuliers aisés. Des théâtrophones au public sont proposés dans des hôtels (qui s’en servent comme argument publicitaire). A Lyon, le journal Le Progrès ouvre, fin 1895, une salle de théâtrophone (et promet la possibilité prochaine de la télévision). Les auditeurs ont accès au répertoire du Grand-Théâtre, le théatre des Célestins et l’Eldorado de Lyon et l’on espère prochainement une liaison avec les salles de spectacles parisiennes.

(source Numelyo, Le Progrès illustré, n°257, 17 novembre 1895)

Le théâtrophone et les questions juridiques

Nouveau procédé de diffuser des opéras et des pièces de théâtre, le théâtrophone n’a pas à l’origine de cadre juridique. Cela n’est pas sans poser de problème notamment en ce qui concerne les droits d’auteur.
Peu à peu un cadre juridique se met en place, parfois à la suite de procès. En 1894, la Société des auteurs et compositeurs dramatiques se préoccupe de la question de l’audition des œuvres. La loi de 1791 et la Convention de Berne de 1886 mentionnent les droits relatifs à la représentation et à l’exécution des œuvres. L’audition n’entre pas expressément dans le cadre juridique mais les sociétés d’auteurs (et les auteurs) parviennent à étendre le champ des droits d’auteur à l’audition. Un traité entre les parties est signé en 1894.

La revue Le Droit d’auteur pose la question du respect du droit d’auteur dans le cadre des “auditions téléphoniques” en publiant des extraits d’un rapport de M. d’Artois:

Pour terminer, nous allons détacher de l’excellent rapport de M. d’Artois, auquel nous renvoyons les intéressés pour ce qui a trait à la perception des droits dans les cafés-concerts de Paris(1), deux passages dont l’importance n’échappera à personne ; l’un a trait aux auditions téléphoniques , l’autre à la révision de la Convention de Berne, qui doit s’effectuer à la prochaine Conférence diplomatique de Paris.”

revue Le Droit d’auteur, 15/02/1894, disponible sur Gallica

source: revue Le Droit d’auteur, 15/02/1894, disponible sur Gallica

« Nous nous sommes préoccupés du développement que prenaient les auditions téléphoniques du Théâtrophone. Votre Commission a pensé que si la loi de 1791 qui vous réserve le droit absolu d’autoriser ou d’interdire la représentation de vos ouvrages, avait pu être étendue et s’appliquer également à l’exécution de vos oeuvres qu’elle ne désignait pas expressément, cette même loi devait être étendue à l’audition de ces mêmes oeuvres par un procédé que l’Assemblée nationale était loin de prévoir. Nous avons réclamé des droits d’auteur à la Société du Théâtrophone sur les recettes réalisées par cette Société, soit dans des endroits publics, soit chez des particuliers. Toute- fois, il convenait de tenir compte que l’audition téléphonique équivaut à une représentation incomplète ; que, dans ces conditions, il y avait lieu de consentir une réduction sur le chiffre des droits habituellement payés par les théâtres, et enfin que la Société du Théâtrophone, si elle doit arriver plus tard à un assez grand développement, est actuellement, dans la période d’organisation.

Nous avons tenu surtout à sauvegarder le principe de la perception de vos droits. Estimant que l’audition téléhonique n’est qu’une extension de la représentation, puisque cette audition a lieu avec la même interprétation, la même exécution qu’au théâtre où l’oeuvre est représentée, nous avons consenti à la Société du Théâtrophone un traité qui fixe à 3 % pendant la première année, 3 1/2 % pendant la seconde, et 4 % pendant la troisième, les droits qui vous reviendront sur les recettes brutes de ces auditions. »

Ibid.

Il s’agit donc d’appréhender légalement la question du droit d’auteur dans le cadre d’une société en mutation avec des pratiques de consommation culturelle modifiées. L’écoute n’est plus complète mais fragmentée. Il convient donc d’envisager une rémunération tenant compte de cette évolution… un peu comme sur les plateformes de streaming.


Quelques célébrités évoquant le théâtrophone

Si l’un des plus célèbres abonnés au théâtrophone est Marcel Proust, Victor Hugo découvre en 1891 le théâtrophone et le mentionne dans Choses vues,1849-1885,(Gallimard, 1974).

Nous sommes allés avec Alice ( sa belle-fille ) et les deux enfants à l’hôtel du Ministre de la Poste. C’est très curieux. On se met aux oreilles deux couvre-oreilles qui correspondent avec les murs, et l’on entend la représentation de l’Opéra, on change de couvre-oreilles et l’on entend le Théâtre-Français, Coquelin, etc. On change encore et l’on entend l’Opéra-Comique. Les enfants étaient charmés et moi aussi.

Eugène Arnault, “On demande des inventeurs… pour pouvoir lire les microfilms” (1939)

En 1939, le journaliste Eugène Arnault propose une chronique sur les bibliothèques de l’avenir dans La Dépêche. Si l’on peut penser qu’il mélange allègrement film et microfilm, il n’en reste pas moins qu’il présente des évolutions possibles des bibliothèques autour de nouveaux supports et formats de lecture.

On demande des inventeurs…

… pour pouvoir lire les microfilms

La bibliothèque publique de l’avenir ne saurait échapper aux lois du progrès, qui imposent à tous les organismes traditionnels de la civilisation des transformations parfois stupéfiantes. Au début de ce siècle, il aurait été bien difficile de faire admettre , qu’une bibliothèque puisse être, essentiellement, autre chose qu’une collection de livres, imprimés dans les formats usuels, du petit in-18 au gros in-folio. Livres imprimés sur du papier, au moyen de caractères mobiles ou de lignes compactes à la linotype, livres brochés, cartonnés ou reliés, mais livres, enfin.

Et voilà que nous sommes en train de changer tout cela. Demain peut-être, les bibliothèques seront approvisionnées de « microfilms ». Au lieu de tables et de pupitres, les lecteurs auront à leur disposition des appareils de projection. Et les ouvrages les plus considérables — les œuvres complètes de Voltaire, l’  Histoire de France » de Michelet, le grand Larousse en dix-sept volumes — tiendront peut-être dans une boîte d’allumettes…

Est-ce là une anticipation comme aime à en imaginer le grand romancier anglais H. G. Wells ? En effet, dans son fameux « Quand le dormeur s’éveillera », on voit son héros, revenu à la conscience après un sommeil cataleptique de plusieurs siècles, prisonnier, dans un Londres inconnu, d’une civilisation mystérieuse, chercher à la comprendre en consultant des « livres » qui sont en réalité de petites projections animées, sonores, en relief et parlantes. Mais si nous n’en sommes pas encore tout à fait à ce point, quoique dès à présent rien ne s’oppose absolument à la réalisation d’une invention pareille, la projection cinématographique de livres imprimés est entrée dans le domaine actuel.

La preuve en est que la « Commission du microfilm » (il y a déjà une commission du microfilm, créée par arrêté du ministre de l’éducation nationale le 12 décembre 1938, et présidée par M. Charles Fabry, membre de l’Institut) ouvre actuellement un concours entre inventeurs et constructeurs de nationalité française pour des appareils, maquettes et projets destinés à la « lecture » des microfilms dont l’usage va se développant dans les bibliothèques, les administrations, les centres de documentation.

L’utilité du microfilm est en effet certaine et ses applications déjà nombreuses. Il permet de reproduire à l’infini
des documents rares ou précieux, qui sont mis à l’abri de l’usure tout en devenant accessibles à tous. Il permet de grouper une documentation donnée par la reproduction d’articles, de rapports, de graphiques, etc… Il permet la diffusion économique de thèses ou d’études manuscrites s’adressant à de rares spécialistes, et dont l’impression ordinaire entraînerait des frais trop élevés.

Enfin, il offre l’avantage d’un encombrement très réduit. Les appareils mis au concours doivent utiliser des films de 35 mm., format standard. Ce n’est pas le plus petit format de film connu, puisque, dans les congrès de « l’Association pour la documentation, cinématographique dans les sciences », fondée en 1933 par le docteur Claoué, Jean Painlevé et M. Servanne, on a procédé à des études comparatives de films de 35, 16, 9,5 et 8 mm. Ces films ! ou microfilms, d’ailleurs,- ne sont pas exclusivement destinés à la reproduction de documents imprimés ; l’Association fondée par les jeunes savants que nous avons cités envisage surtout la documentation scientifique directe. Au congrès d’octobre 1934, on a discuté des communisations sur l’utilisation de cette forme de documentation en météorologie (M. R. Beaulieu); sur le développement des fleurs (Dr Elias) ; sur la physiologie (Drs Fisoligold, Guichard et Pelissier); et même sur la « possibilité de réalisation de films psychologiques » (docteur Weyl).

Mais tous ces films relèvent de la bibliothèque de demain : au lieu de commentaires sur les faits on aura le fait lui-même, que chaque lecteur étudiera et commentera à loisir — dès que les inventeurs auront répondu au vœu de la « Commission du microfilm » en dotant la France de l’appareil de « lecture » idéal…

Eugène ARNAULT.

Eugène Arnault, « On demande des inventeurs… … pour pouvoir lire les microfilms », 

in La Dépêche, n° 25906, 15 août 1939.

Archéologie imaginaire de l’enregistrement sonore: Les éponges du Courrier véritable (1632).

Si les paroles gelées de Rabelais dans le Quart livre et la boîte contenant paroles et sons de Cyrano de Bergerac dans Histoire comique des Estats et Empires de la Lune sont bien connues, sans doute que l’enregistrement et la reproduction sonores proposés dans le Courrier véritable en 1632 le sont moins. Il s’agit ici d’éponges absorbant les sons et, après envoi à ses amis, grâce à une douce pression les paroles ou la musique ainsi enregistrées sont accessibles.

La bibliothèque de l’avenir et “la machine à lire” d’Evert Nymanover (1885)

En 1883, Evert Nymanover, professeur à l’Université du Minnesota, imagine que les livres pourraient être remplacés à l’avenir par des “whispering machines”. Si la proposition ne semble pas être sérieuse de la part de son auteur, Jules Clarétie, quand il la reprend en 1885, lui le semble tout à fait. Ainsi circule un canular américain qui est légitimé par la presse en France. Ce texte fait partie du vaste corpus sur l’avenir phonographique des bibliothèques dont l’un des exemples les plus connus est la nouvelle “La fin des livres” (1894) d’Octave Uzanne illustrée par Albert Robida.

[…]

Un Américain, ou un Suédois – mais un Suédois qui est hardiment Américain, je veux dire qui va de l’avant et met le go ahead en pratique – bref un savant, M. Nymanover, a inventé, pour remplacer les bibliothèques, devinez quoi ?… Des machines parlantes

Des livres qui se dévideront d’eux-mêmes, comme les rouleaux d’un téléphone ou d’une boîte à musique ! Des livres qui seront lus tout haut à une foule par des machines figurant un homme debout.

Je ne raille pas. L’homme-machine de la Mettrie sera réalisé avant peu. Le livre-machine aura la forme d’un mannequin ou d’une statue. Le rouleau imprimé, comme l’air de musique est noté sur les rouleaux de la boîte à musique de Genève, sera placé dans le chapeau, la coiffure ou la perruque de la machine parlante et le son, passant par un conduit adapté aux lèvres immobiles de l’homme-machine, permettra à l’auditeur d’entendre tout un volume imperturbablement débité ainsi, depuis A jusqu’à Z, par une machine à forme humaine.

Nous touchons là à je ne sais quoi qui ressemble à de l’Edgar Poë devenu pratique. Et pourtant ce n’est ni une fantaisie ni un rêve. M. Nolmer a, dans la Nineteenth Century, de Londres, analysé et prôné l’invention du professeur Ever Nymanover, de l’Université de Minnesota. Nous allons entendre nos livres traduits (avec quelle voix chevrotante !) par des machines-parlantes. Les bibliophiles de l’avenir feront collection de machines-parlantes adaptées au sujet du livre qu’elles seront chargées de réciter.

Une machine Watteau, bergère ou marquise, pour débiter les petits conteurs du dix-huitième siècle. Un franc archer du moyen âge pour moudre l’admirable Notre-Dame de Paris, de Victor Hugo. Un capitan pour nasiller le Capitaine Fracasse de Gautier. La série des mannequins resterait ainsi à déterminer.

Il y a peut-être là une invention admirable, utile, destinée à révolutionner la lecture – l’art de la lecture de M. Legouvé devenant le mécanisme de la lecture, mais économisant le temps de l’ouvrier, le livre, et le livre utile, instructif, pouvant être modulé pendant les heures de travail ; – mais l’imagination se prête mal à l’acceptation pratique de la machine parlante. Que seront les bibliothèques de l’avenir si chaque livre est comme incarné ainsi dans une sorte de statue ?

[…]

Jules Clarétie, chronique « La Vie à Paris », in Le Temps, n°  8785, 19 mai 1885.

A lire [en anglais]: Matthew Rubery, “Canned Literature: The Book after Edison”, in  Book History, Volume 16, 2013, pp. 215-245

L’utopie de l’enregistrement total (2)

Dans un autre billet sur ce blog, l’idée de l’enregistrement de tous les mots, de tous les sons a déjà été évoquée avec un poème d’Edgard Guilbeau (1885) et un texte d’Emile Gautier (1905). Dès 1878, l’idée d’une production massive de documents sonores est émise comme par exemple la “Causerie” de Dupont Saint-Michel du 25 avril 1878. Certes, il s’agit ici d’un texte humoristique mais il signale des angoisses d’une époque face à une explosion documentaire à venir. Il ne s’agit pas d’une utopie mais d’une véritable dystopie.

Dupont Saint-Michel, « Causerie », in La Voix des écoles, n° 4, 25 avril 1878. Source: Gallica.

Sur un moyen d’emmagasiner les gestes et les jeux de la physionomie (1889)

Lors de la séance de l’Académie des sciences du 13 mai 1889, M. Lippmann lit une note de Georges Guéroult ayant pour titre “Sur un moyen d’emmagasiner les gestes et les jeux de la physionomie”.

Il s’agit pour Georges Guéroult de proposer un dispositif à partir d’appareils pré-existants permettant de montrer les gestes et la physionomie d’un orateur.

Le principe allie le phonographe d’Edison et un appareil photographique. Il s’agit de synchroniser les deux appareils qui enregistrent pour l’un les paroles et l’autre les gestes et la physionomie.

Comptes-rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, séance du 13 mai 1889, p. 1030. Source Gallica: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3064g/f1030.item

Un troisième appareil est utilisé lors de la reproduction: le phénakisticope.

Le dispositif technique mobilise donc un appareil ancien, le phénakisticope (inventé par Joseph Plateau en 1832), la photographie en rafale désormais permise par le film souple inventé en 1888 par George Eastman et le phonographe (inventé en 1877 mais surtout popularisé en France lors de l’Exposition internationale d’électricité de Paris en 1881 (Giuliani 2009).

Eadweard Muybridge, disque de phénakitoscope, 1893, source Wikimedia: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/12/Phenakistoscope_3g07692a.gif

Néanmoins, la disposition de 300 photographies pouvant être visionnées au rythme d’une image tous les 1/10e de seconde ne semble pas être envisageable sur un disque de phénakitoscope même si le fusil photographique conçu par Étienne-Jules Marey en 1882 (Marey 1882) permet bien la prise de vues.

Georges Guéroult propose ainsi un dispositif combinant plusieurs inventions antérieures afin de répondre à un besoin nouveau: enregistrer non seulement le son mais aussi “l’action du discours” et de pouvoir les transmettre à distance.

Cette transmission à distance n’est pas explicitée. S’agit-il d’une distance géographique ou temporelle? Utilise-t-elle une liaison télégraphique ou téléphonique ou bien la transmission est-elle physique, en transportant les objets (cylindre phonographique et disque du phénakitoscope)?

Dans tous les cas, il envisage un appareillage permettant une reproduction postérieure (sans limite de temps) d’un discours. Le discours doublement enregistré devient un document d’archive mobilisant simultanément l’ouïe et la vue.

Ainsi, si la note de Georges Guéroult ne semble pas avoir été suivie d’une application pratique, elle entre dans le champ d’étude du “pré-cinéma”, dans le sillage des “premiers récits photographiques projetés” à partir de 1885 (Perriault 1996).

Bibliographie:

Comptes-rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des sciences, séance du 13 mai 1889, p. 1030. URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3064g/f1030.item

Elizabeth Giuliani, “1887-1889 : Invention du phonographe, réactions et émotions”, Bulletin de l’AFAS [Online], 34 | été-automne 2009. URL: http://journals.openedition.org/afas/1626; DOI: https://doi.org/10.4000/afas.1626

Etienne-Jules Marey, “Le fusil photographique”, La Nature, n° 464, 15 avril 1882, p. 326-330. URL: http://cnum.cnam.fr/CGI/fpage.cgi?4KY28.18/330/100/432/6/420

Eadweard Muybridge, disque de phénakitoscope, 1893, Wikimedia: https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/12/Phenakistoscope_3g07692a.gif

Jacques Perriault, « Les simulacres de lumière : une archéologie », Les cahiers de médiologie, 1996/1 (N° 1), p. 49-57. DOI : 10.3917/cdm.001.0049. URL : https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-de-mediologie-1996-1-page-49.htm

L’utopie de l’enregistrement total (1)

Si nos vies semblent s’enregistrer sur les réseaux, parfois sans même que nous nous apercevions, au XIXe siècle l’utopie de l’enregistrement de tous les mots, de tous les sons s’est développée avec l’invention de différents procédés de phonographie (au sens d’un système d’écriture servant à noter les sons) et du phonographe de Thomas Edison. Nous mentionnons ici deux exemples de cette utopie.

Illustration “Phonographe dans un chapeau”, In Emile Gautier, Le Phonographe. Son passé,son présent, son avenir, Ernest Flammarion, sd [circa 1905]

Edgard Guilbeau, aveugle de naissance et créateur, en 1886, du musée Valentin Haüy à Paris, écrit en 1885 le poème “Désir” publié dans le recueil Chants et légende de l’aveugle (éditions L. Boulanger, 1891). Il y exprime le désir de voir la phonographie conserver tous les souvenirs:

DÉSIR

Sur le papier on fixe la pensée,
Au bout du monde elle est même lancée.
Que ne peut-on aussi fixer l’accent
Et conserver le rythme de l’absent !

Mon cœur appelle une phonographie
Où toute voix humaine se confie,
Où le passé vibre pour l’avenir,
Écho gravé qu’aurait le souvenir !

Un appareil multipliant les charmes,
Imprimant tout : les rires et les larmes,
Retenant bien les sons gais ou touchants,
Rendant les cris, les soupirs et les chants.

Trouvera-t-on cela ? Qui sait ? Peut-être !
Tout est possible en nos jours. Alors l’être
Chéri jadis, même après avoir fui,
Nous laissera quelque chose de lui.

1885.

Edgard Guilbeau, « Désir », in Chants et légende de l’aveugle, L. Boulanger, 1891

En 1905, Emile Gautier publie Le Phonographe. Son passé, son présent, son avenir. Dans le chapitre III consacré à la théorie du phonographe, il avance l’idée que les vibrations puissent être captées par un appareil plus sensible que l’ouïe humaine. il serait alors possible de reproduire des sons à partir de n’importe quel objet ayant reçu ces vibrations.

Tout est phonographe

Mais tout, en réalité, et à bien prendre, est phonographe, car il n’est pas un seul objet, un seul corps, une seule parcelle de quoi que ce soit, qui ne puisse et ne doive, le cas échéant, tenir le rôle, puisque le mouvement est universel et continu, puisque la matière ne cesse jamais d’être en vibration, dans son intimité atomique comme dans sa masse.

Rien ne se perd, en effet, les vibrations pas plus que le reste, et leurs répercussions, rebondissant d’un corps à l’autre, et, dans l’intérieur des corps eux-mêmes, d’une molécule à l’autre, emplissant de leurs moires entrecroisées l’espace infini, semblent théoriquement pouvoir être toujours captées, transformées en travail mécanique, fixées, enregistrées et reproduites in integrum.

Si beaucoup nous échappent, c’est qu’elles sont d’un ordre de grandeur inférieur à la puissance de nos sens. Nous ne pouvons pas entendre les vibrations correspondant à des sons trop graves ou trop aigus, notre oreille étant ainsi construite qu’elle est inapte à percevoir moins de 60 (Helmholtz disait moins de 16) vibrations doubles, ou plus de 40.000 (sir William Thomson, dit plus de 10.000) vibrations doubles à la seconde. Il est, en d’autres termes, certaines ondes, produites par les corps vibrants, qui sont trop rapides ou trop lentes pour provoquer une sensation musicale, alors même que véhiculées par l’air élastique, elles viennent frapper notre oreille. Inutile apparemment d’essayer de les arrêter au passage, puisqu’il ne servirait à rien de les enregistrer ou de les reproduire.

Mais il n’est peut-être pas déraisonnable de croire que certains insectes, par exemple, peuvent entendre des sons insaisissables pour l’ouïe humaine. On sait du reste, que telle note, d’une acuité perçante pour une oreille, n’est pas entendue par le voisin. Bref, dans le domaine du son, comme dans le domaine de la lumière, les organes de la vue et de l’ouïe embrassent une certaine échelle pratique, en dehors de laquelle, des deux côtés, et quoique la cause objective existe, nos nerfs cessent d’être influencés par elle.

Mais, en dedans de ces limites, l’audition, et par conséquent, la phonographie, reprennent tous leurs droits. A cet égard, étant donné qu’une vibration n’est jamais perdue, et doit toujours, en vertu du principe de la conservation de l’énergie, se retrouver quelque part, sous une forme quelconque, vous devez pouvoir improviser un phonographe avec n’importe quoi, et enregistrer les ondes sonores au moyen, par exemple, d’une aiguille fixée à votre chaise, d’un style attaché à votre front, à votre jarret, etc., et d’une simple carte de visite en guise de diaphragme. Les ondes sonores se propageront, en effet, à travers le corps, jusqu’à la chaise, au chapeau, aux os du crâne, aux muscles du jarret, au petit carré de bristol, dont l’aiguille ou le style recueillera les vibrations assez fidèlement pour les inscrire, le cas échéant, sur une surface molle, d’où il devra toujours être possible de les extraire et de les ressusciter sous la forme de sons plus ou moins nettement perceptibles.

Emile Gautier, Le Phonographe. Son passé,son présent, son avenir, Ernest Flammarion, sd [circa 1905]

La médiatique Tiare de Saïtapharnès

Évoquer une célèbre fausse antiquité sur un blog consacré aux anciens médias semble sans doute hors de propos… Et pourtant la Tiare Saïtapharnès fut, au début du XXe siècle, liée dans des fictions au phonographe et au téléphone.

En 1896, le musée du Louvre acquiert une tiare en or attribuée au roi scythe Saïtapharnès. Il s’avère rapidement que c’est un faux fabriqué par un orfèvre d’Odessa nommé Ismaël Rouchomovsky.

La tiare en or de Saïtapharnès (source Wikimedia)

Si le Louvre affirma pendant quelques temps que la tiare était authentique, notamment par la voix d’Antoine Héron de Villefosse (par exemple dans les Comptes-rendus des séances de l’Académie des inscriptions et des Belles-Lettres), l’affaire fit le bonheur des journalistes, publicistes et caricaturistes.

La tiare de Saïtapharnès apparaît au moins à deux reprises dans des textes liés à la question médiatique.

Le premier a pour titre “Petit phonographe intime trouvé dans le tombeau de Saïtapharnès“. Il s’agit d’un court texte humoristique illustré par André Rouveyre sans doute publié en 1903. La source de ce texte est incertaine, il est recueilli dans un album de défets conservé à la BNF sans mention de publication.

Il affirme détenir la preuve que la tiare est véritable grâce… au phonographe de Saïtapharnès (sans doute miraculeusement conservé!).

“Petit phonographe intime trouvé dans le tombeau de Saïtapharnès”, vers 1903

Le second texte dans lequel la tiare de a un étroit rapport avec les dispositifs médiatiques est extrait de L’Aiguille creuse de Maurice Leblanc.

Alors que le Louvre a acquis un faux, il en est tout autrement pour Arsène Lupin:

“Tu te rappelles le scandale du Louvre, la tiare reconnue fausse, imaginée, fabriquée par un artiste moderne… Voici la tiare de Saïtapharnès, la véritable, Beautrelet !”

Maurice Leblanc, “Le trésor des rois de France”, L’Aiguille creuse, 1909.

Dans son repaire d’Etretat, Arsène Lupin utilise d’une manière bien particulière la tiare de Saïtapharnès :

“De cette pointe d’Aiguille, je dominais l’univers, je le tenais dans mes griffes comme une proie ! Soulève la tiare de Saïtapharnès, Beautrelet… Tu vois ce double appareil téléphonique… À droite, c’est la communication avec Paris — ligne spéciale. À gauche, avec Londres, ligne spéciale. Par Londres j’ai l’Amérique, j’ai l’Asie, j’ai l’Australie ! Dans tous ces pays, des comptoirs, des agents de vente, des rabatteurs. C’est le trafic international. C’est le grand marché de l’art et de l’antiquité, la foire du monde. Ah ! Beautrelet, il y a des moments où ma puissance me tourne la tête.”

Maurice Leblanc, “Le trésor des rois de France”, L’Aiguille creuse, 1909.

Ainsi, dans ces deux textes, au début du XXe siècle, l’antique (et fausse) tiare de Saïtapharnès se trouve-t-elle liée aux deux dispositifs médiatiques (le phonographe et le téléphone) les plus cités à cette époque. D’objet médiatique — la tiare a été le sujet de nombreux articles débattant tout d’abord de son authenticité puis se moquant de l’entêtement du conservateur du Louvre — elle apparaît ici comme objet de fiction(s) en convoquant l’actualité afin d’adresser un clin d’œil humoristique au lecteur.

Antonio Meucci a-t-il (vraiment) toujours été oublié?

“La paternité de l’invention du téléphone a été pendant longtemps attribuée à Graham Bell, mais, le 15 juin 2002, le Congrès américain a officiellement reconnu que c’est à l’Italien Antonio Meucci que l’on doit l’invention du téléphone. Antonio Meucci a, en effet, déposé en 1871 une première demande de brevet qui expira en 1874.” (Badillo Patrick-Yves, Roux Dominique, 2009)

Timbre de la poste italienne, 2003

Antonio Meucci reste méconnu même avec cette reconnaissance tardive. Nombreux sont les auteurs à indiquer 1989 comme la date à partir de laquelle la lutte contre l’oubli du rôle de cet inventeur dans la création du téléphone est devenue publique. Ainsi la page Wikipedia qui lui est consacrée affirme:

Jusqu’en 1989, personne n’avait jamais remis en question la paternité de Bell sur l’invention du téléphone. Cette année-là, Basilio Catania, ancien directeur général de la CSELT (l’agence de recherche et de développement des télécoms italiennes), découvre les travaux d’Antonio Meucci, alors qu’il est ingénieur du théâtre à Florence.

Pourtant dans la presse ancienne française, la controverse sur la paternité du téléphone et le rôle d’Antonio Meucci est déjà évoquée.

Le 12 février 1887, The American Register périodique publié en anglais à Paris, accueille l’article “Early Telephonic Inklings”:

EARLY TELEPHONIC INKLINGS.

In a small white painted house at Clifton, S. I., resides the old Italian, Antonio Meucci by name, who claims to be the inventor of the telephone. Meucci, who is now seventy-eight years of age, says that in the year 1849, while he was employed by the Government of Cuba, on the island of Cuba, to galvanize articles required by the Cuban army, he made frequent use of electricity in the cure of the sick poor. He placed wires through the apartments of his house connected with the usual batteries. While thus engaged one of the patients placed an electrode of copper in his mouth; the other end Mr. Meucci accidentally placed to his ear. While thus occupied he thought he heard the sound of his patient’s voice, who was some seventy-five feet from him, and the two separated by three intervening rooms. He immediately covered both instruments with a paper cone and told the patient to speak into the one he held. Mr. Meucci listened at the end he held, and heard the sound of the man’s voice conveyed to him through the means of electricity. In 1851 he removed to Staten Island, where for three years General Garibaldi and Morosini, the wealthy banker, who was then a poor sailor, resided with him. He constructed wires all through his house at Staten Island, which were connected with batteries placed in the basement. His wife used them to speak to him from the top story of the house, where she was confined as an invalid, he being in the kitchen. In 1856 Meucci seemed to have a full conception of the future capabilities of the invention. He told his friends that he would be able to talk across the bay to this city very soon. In the year 1860 he purchased numerous batteries, magnets and coils from Charles Chester for $60. Meucci considered his invention perfect enough to be brought into practical use, and he published a description of it in New York city. At this time he desired to bring his invention before the world in his native country. Meucci commissioned a New York merchant, Enrico Bendelari, who was then going to Italy, to solicit assistance in Italy, so that Meucci could put his invention into practical use. Bendelari had no success, as the people of Italy did not believe that the human voice could be transmitted through an electric wire. He had not yet given up hope, and petitioned several English noblemen to aid him. With what money he had he bought a candle factory on Staten Island, but having no knowledge of the manufacture of candle she met with reverses and losses, till in the year 1865 he was sold out by the Sheriff. In the summer of 1871 Meucci was terribly scalded by the explosion of the boiler of the steamer Westfield, of the Staten Island line, on which he was going to Staten Island. For months his life was despaired of. During this time his wife sold all of his devices in the telephone to a junk dealer on Staten Island for $6, who broke most of them up. On Meucci’s recovery he went to a banker of New York named Bertolino for assistance. He told Bertolino about his invention, and Bertolino went to Staten Island and bought of the junk dealer all of the unbroken instruments. Bertolino recovered enough to see that Meucci had a valuable invention, and he went with Meucci to Thomas’ Stetson, who was then a patent solicitor on Murray-street, to ask him to procure a patent on it for Meucci. Mr. Stetson informed Mr. Bertolino that it would cost him $275 for a patent, but that a caveat, which would answer every purpose, would cost much less. On the 12th of December, 1871, Meucci made a contract with three Italian bankers of New York city to procure patents on Meucci’s invention in any State of Europe. He paid Stetson $20 to procure him a caveat. An imperfect caveat was procured. In the spring of 1872 Mr. Meucci urged his associates to furnish the means to go on with the conditions of the contract he made with them. But they failed to furnish him with any money. He then went with Mr. Bertolino to Vice-President Grant of the New-York District Telegraph Company, with a description of his device, a copy of his specifications and caveat, Mr. Grant promised to let Meucci have the use of wires to put his invention in practical use. Meucci visited Grant for two years, when finally Mr. Grant told him he would have nothing whatever to do with it. After that year Mr. Meucci made strenuous efforts to put his patent into public use, but to no avail. Mr. Meucci is now in Chicago, where he is watching the proceedings in the telephone suit. It is said that he gets a royalty from the Bell Telephone Company.

La question de la paternité du téléphone est donc déjà posée et résolue. Pendant plusieurs décennies, elle resurgit avant de connaître une réponse institutionnelle aux Etats-Unis en 2002.

Antonio Meucci est mort le 18 octobre 1889. Le 27 décembre 1889, le journal Le XIXe siècle publie une nécrologie de l’inventeur et rappelle les revendications et procédures judiciaires infructueuses de l’inventeur contre Graham Bell:

UN INVENTEUR DU TÉLÉPHONE

Antonio Meucci. — Un ancien ami et associé de Garibaldi. — Paternité du téléphone revendiqués judiciairement.

Un Italien, ancien ami de Garibaldi, Antonio Meucci, vient de mourir à l’âge de quatre-vingt-cinq ans à Clifton (Etat de New-York), où il vivait dans la maison même que Garibaldi avait habitée pendant deux ans, alors qu’il s’était fait fabricant de savon et de chandelles avec Meucci et un troisième Italien, ce dernier survivant, Morosini, aujourd’hui banquier et millionnaire.

Meucci était venu s’installer de Cuba à New-York dès 1851. Dans ces dernières années, il a lutté avec persévérance dans la presse et devant les tribunaux pour revendiquer la paternité de l’invention du téléphone, qu’il prétendait avoir découvert il y a vingt ans; il intenta, en 1885, contre Graham Bell, un procès à ce sujet, qu’il perdit, du reste.

Il a demandé, par testament, que son corps fût incinéré.

Le 17 décembre 1897, dans le grand quotidien Le Matin, Henri de Houx signe l’article “Les inventeurs” (daté: “Rome, 14 septembre”) dans lequel il se moque des prétentions des Italiens à s’attribuer toutes les inventions modernes.

Néanmoins, Henri de Houx semble reconnaître que les revendications d’Antonio Meucci pourraient être tout à fait légitimes.

Henri des Houx reprend à son compte un argument récurrent concernant les inventions, souvent reprise à propos des travaux de Charles Cros sur son “paléophone” alors que Thomas Edison réalisait le phonographe: ce n’est pas l’idée qui est importante mais sa réalisation et son exploitation.

La campagne italienne pour faire reconnaître la paternité d’Antonio Meucci sur le téléphone reparaît dans la presse française en juin 1899 avec un article publié dans Le Parisien (8 juin), L’Echo de Paris (8 juin), La République française (8 juin), Le Rappel (9 juin), Le Radical (9 juin), Le Courrier du soir (9 juin) ou La Nouvelle Bourgogne (10 juin).

Article paru dans Le Rappel 9 juin 1899

Le ton de la conclusion de l’article est pour le moins tragique et sans doute bien éloigné de la réalité. Cette chute joue sur l’idée de l’inventeur génial spolié du fruit de ses découvertes.

Près de vingt ans plus tard, le 2 décembre 1918, c’est au tour du Journal des débats de faire connaître les revendications italiennes avec des précisions sur les dates de brevet.

Le Journal des débats, 2 décembre 1918

En 1923, c’est Mussolini qui rappelle la revendication italienne sur la paternité du téléphone. Bonsoir ( 12 juin 1923) fait preuve d’amnésie vis-à-vis des demandes de reconnaissance antérieures.

Le lendemain c’est L’Intransigeant qui publie un article anti-américain félicitant Mussolini de son engagement pour faire reconnaître le rôle d’Antonio Meucci et poursuivant en rappelant les inventions françaises faussement attribuées à des citoyens américains.

En 1929, on célèbre le cinquantième anniversaire du “Téléphone à Paris”. Le Petit Journal illustré mentionne dans son numéro du 9 juin le nom d’Antonio Meucci mais le présente comme l’un des multiples personnages ayant poursuivi Graham Bell. L’article est repris dans Le Progrès de la Côte-d’Or du 14 juin 1929… puis dans le même journal sous le titre “Le téléphone a soixante ans” !

L’Italie fasciste lui consacra un film simplement intitulé Antonio Meucci en 1940. Jean Antoine Gili, historien du cinéma, mentionne cette oeuvre de propagande:

Dans Antonio Meucci (Enrico Guazzoni, 1940), on peut lire au générique: « Ce film est dédié à tous ceux qui, à toutes les époques, honorèrent à l’étranger le nom d’Italie ». Evoquant la rivalité à New York entre Meucci et Graham Bell dans les recherches sur la mise au point du téléphone, le film exalte le génie de l’inventeur italien dont les travaux, un moment pillés par l’Américain, donnent lieu à un retentissant procès qui se termine par la sentence : « Meucci est le véritable inventeur du téléphone ». Film d’exaltation nationaliste s’appuyant sur l’anti-américanisme, Antonio Meucci contient aussi un certain antisémitisme — très rare dans la production italienne de l’époque — avec un personnage de commerçant juif, Fleming, qui réalise d’énormes bénéfices et qui ricane en réussissant de bonnes affaires au détriment de ses clients. (Gili Jean A., 1989)

L’argument de la malhonnêté américaine se retrouve dans le journal pro-nazi Tempo n° 6 du 28 mai 1942.

Ces différents articles et ce film ont finalement eu une portée limitée. En Italie, la question est restée pendant un siècle posée. En 1970, la RAI consacra à Antonio Meucci un téléfilm en trois parties (réédité en DVD), preuve que la revendication italienne quant à la reconnaissance de la paternité du téléphone ne date pas de 1989…

Antonio Meucci est désormais cité dans des ouvrages et articles, a stèle commémorative à New-York et est le sujet de timbres, de pièces de monnaie… Pourtant une autre histoire aurait pu être écrite dès la fin du XIXe siècle…

Antonio Meucci
Stèle à New-York, source Flickr

Bibliographie:

“Allo! Allo!”, Bonsoir, Paris, 12 juin 1923. https://www.retronews.fr/journal/bonsoir/12-juin-1923/1047/4005975/1

“Antonio Meucci.” Wikipédia, November 22, 2021. Accessed December 26, 2021. https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Antonio_Meucci&oldid=188212323.

“Early Telephonic Inklings”, The American Register, Paris, 12 février 1887. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2391717k/f7

“Echo”, Le Journal des débats, Paris, 2 décembre 1918. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4888195/f2

“Qui inventa le téléphone”, Le Rappel, Paris, 9 juin 1899.

“Les inventions américaines”, L’Intransigeant, 13 juin 1923. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k790387x/f4

“Un inventeur du téléphone”, Le XIXe siècle, 27 décembre 1889. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7561011c/f4

Badillo Patrick-Yves, Roux Dominique, « L’épopée des télécommunications », dans : Patrick-Yves Badillo éd., Les 100 mots des télécommunications. Paris cedex 14, Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? », 2009, p. 9-28. URL : https://www.cairn.info/—page-9.htm

De Houx, Henri, “Les inventeurs”, Le Matin, Paris, 17 décembre 1897. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k557175r/f1

Gili Jean A. La vision de l’étranger dans le cinéma italien de l’époque fasciste. In: Revue européenne des migrations internationales, vol. 5, n°3,1989. pp. 33-43. DOI : https://doi.org/10.3406/remi.1989.1207, www.persee.fr/doc/remi_0765-0752_1989_num_5_3_1207

Kim, “Les oeuvres et les jours”, Tempo, n°6 (édition française), 28 mai 1942. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1176550t/f4